AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  PortailPortail  RechercherRechercher  GroupesGroupes  FAQFAQ  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clymox
Modérateur
Modérateur
avatar
Sexe : Masculin
Nombre de messages : 1957
Age : 50
Localisation : Golfe du Morbihan
Loisirs : Musique, cinéma, SF
Réputation : 12
Date d'inscription : 17/06/2010

MessageSujet: Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas   Ven 27 Mai 2011, 21:08

Une idée de sujet me trotte dans la tête depuis quelque temps, pas très drôle il est vrai, mais qui nous a concerné peut-être un jour, nous concernera certainement presque tous : traiter du corps médical, de son attitude, de ses travers et dérapages. Et de la politique qui se mêle à tout cela ...

Je n’ai trouvé meilleure entrée en matière, avec son accord (et je lui ai promis d’écrire ce sujet Wink), qu’un article de Floryann, qui nous a rejoints il n’y a pas longtemps sur le Temple, à propos du sketch de Dieudonné sur le cancer et de ce qu’elle a connu :

« Hé bah j'suis pas mécontente d'avoir vu cette vidéo à cette heure tardive. Je dis simplement chapeau, bravo. Moi qui suis fan d'humour noir, il m'aura fait rire comme pas permis sur ce sujet à prendre avec des pincettes, surtout avec moi, vous mêmes vous savez. Mais alors là, les pincettes ont vite jarté ! Dieudonné a réussi a exposer d'atroces vérités par un humour implacable et honnêtement inimitable. Je crois que lui seul pouvait se permettre de parler du sujet ainsi. Mais quelle bonne baffe il donne au corps médical ! Mais alors tellement vrai, chaque situation. Tout au long du sketch on rit de ce pauvre cancéreux qui en voit de toutes les couleurs jusqu'à ce qu'il finisse par ne plus rien voir du tout mais en fin de compte, on rit de lui soit par gêne, soit par reconnaissance de notre propre parcours ; tout en réalisant le vrai malaise de la situation. Le corps médical est ce qu'il fait subir sans pitié aucune, pour le fric, prétendant ceci ou cela sur des sujets qu'il ne maîtrise en fait pas. La façon dont il traite les patients, comme un vulgaire numéro prêt à avaler n'importe quelle salade. Et oh combien se font littéralement détruire en acceptant de tester ceci ou cela, en donnant leur confiance au corps médical.
Cela vous paraît peut être bizarre ce que je dis quand vous connaissez mon vécu, je devrais être totalement reconnaissante vis à vis du corps médical d'être encore en vie, mais je ne le suis pas du tout. Mon combat a surtout été contre lui et ses énormités. Passer par le passage obligé mais en évitant au maximum leurs propositions infâmes comme ce fameux changement de protocole. Et là j'ai vu dans leur yeux leur vraileitmotiv, le fric. Comment accepter de se faire traiter comme du bétail par des gens obsédés par le pouvoir et le fric ? Je n'ai pas ce caractère. Me rebeller contre le protocole, la hiérarchie m'a valu de me faire détester par mon propre spécialiste. Mais quand j'ai eu raison de ma guérison, j'ai vu à nouveau son sourire se dessiner car elle pouvait me compter parmi les statistiques positives, tâchant de remettre à nouveau en valeur l'efficacité de son maudit traitement. Hypocrisie.

Les rayons. Oui encore une autre foutaise. J'aurais tellement aimé pu l'éviter. C'est sûr qu'ils m'auront plus bronzé le cul qu'autre chose et bien heureusement j'ai pu éviter le pire. Seulement 5% de poumons brûlés et on ose encore me parler de statistiques et me dire que d'ici 3 ans la brûlure disparaîtra. Si c'est pas beau... Le corps médical nous permet aussi de rêver.

Sans oublier de parler des effets secondaires. Dans le sketch ca a très bien été exposé. Je ne suis pas non plus de ceux qui pensent que ce traitement nous guérit, bien au contraire. Mais sur une période qui nous est donnée, ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts (malgré les apparences) et nous, les chanceux survivants, la mauvaise graine que nous sommes, les emmerdeurs de première, j'espère que pendant cette période donnée nous pourrons nous liguer et nous montrer plus forts que cette bande d'inhumains et d'incompétents (Cf ce que Dieudonné dit sur le médecin au début et le spécialiste d'un domaine qu'on ne peut maîtriser... ), qu'un jour l'armée des plus faibles viendra renverser ces assoiffés de gloire et de fric.

Nous sommes là, dans l'ombre, bouillonnants. Nous attendons patiemment. La roue tournera je le sais. Chaque minute qui retentit nous rapproche de ce moment où... vous mêmes vous savez. »


A mon tour de vous informer un peu sur ce que j’ai connu, vécu, bien qu’ayant la chance à ce jour de ne jamais avoir été atteint d’une maladie grave. Je tiens d’emblée à préciser que tout ce que je vais citer ici, j’en ai été le témoin direct ou informé au plus près de la source.

Commençons par les erreurs médicales, bien trop fréquentes, dues à l’ignorance, l’incompétence. L’expérience de ce qu’a vécu ma mère est assez éloquente, au point qu’elle en a perdu la vie.

Cela a commencé par un chirurgien ORL qui a dépassé son domaine pour l’opérer d’une lésion baso-cellulaire au cuir chevelu, un cancer bénin de la peau. Au lieu d’enlever la partie malade assez largement, il y est allé par petites touches, laissant toujours des cellules dégénérescentes à la périphérie. Lorsqu’il s’est résigné à passer la main, ce fut le tour d’un chirurgien plasticien d’intervenir. Il a cumulé les conneries : commencer par une expansion cutanée (une poche glissée sous la peau pour la distendre et combler une ablation importante – plus d’un litre et demi en l’occurrence) avant de d’enlever la partie malade a été sa première erreur. Après des mois de souffrance, opération réparatrice mais entre temps la maladie avait gagné l’os comme les tissus malades étaient restés. Résultat plaie comblée mais lésion résurgente et os atteint. Pas grave … Prescription de rayons : la pire erreur mais nous l’avons su bien plus tard. Ce cancer bénin est connu pour évoluer en cancer malin sous l’action des rayons. A noter au passage que l’établissement où a été administré le traitement était un hôpital spécialisé en cancérologie mais personne n’a bronché … Echec bien évidemment et recherche d’une alternative trouvée : la curiethérapie à savoir la pose de fils de radium avec ablation d’une partie de la boite crânienne trop atteinte pour traiter directement la dure-mère, la dernière protection avant le cerveau. Ce chirurgien fou était prêt à tenter l’aventure sans aucune expérience, juste en prenant conseil auprès de ses confrères par téléphone alors que c’était à l’époque un traitement très nouveau et nécessitant beaucoup de précautions et de calculs pour déterminer les doses exactes (je me souviens des moments passés à l’hôpital derrière une plaque de plomb de 5 cm pour me protéger des radiations). Il a finalement passé la main à un chirurgien spécialisé parisien devant notre refus de prendre le risque mais échec une fois de plus. Cet avant-dernier protagoniste a ensuite atermoyé, restant passif. Nous-mêmes, ma mère, la famille, notre médecin de famille, avons recherché d’autres médecins compétents et avons fini par en trouver un, ce dernier quelqu’un d’admirable. Il a tenté une opération ultime et très lourde (10 h, greffe de grand dorsal, un muscle du dos, sur le crâne) : j’ai réalisé plus tard qu’il l’a fait en désespoir de cause sans grand espoir de réussite, mais pour donner un sursis à ma mère. Le comble est que ce dernier chirurgien, éminent en chirurgie plastique et réparatrice, était connu du précédent : le problème est qu’ils ne faisaient pas parti de la même « caste » ! Ce qu’il faut savoir, c’est que les grands médecins français ont pour beaucoup leur petit groupe de collègues et qu’ils se refilent les patients entre eux, mais qu’ils rechignent à les orienter vers un médecin d’un autre groupe !!!

Où est la vie dans tout ça ? Ma mère est morte de leur incompétence, de leur orgueil et de leurs rivalités.

Sans autant de successions d’erreur, une cousine est en phase terminale à l’heure qu’il est parce que son médecin traitant n’a pas voulu écouter pendant une année et demie ses plaintes sur une douleur persistante au niveau de la jambe. Il est probable que pris à temps son cancer aurait pu être guéri.

Je m’arrêterais là sur cet aspect même si j’ai malheureusement encore quelques faits du même acabit en mémoire.

Je ne veux pas jeter l’opprobre sur tous les médecins, certains sont fantastiques (j’en ai connu un en particulier), mais je ne peux m’empêcher de mentionner que, même si c’est un peu démago, l’industrie nautique doit son côté florissant en France à sa clientèle particulièrement fournie de médecins, ceux qui se plaignent de ne pas vivre décemment, et prennent des surplus d’honoraires. Qu’ils fassent alors au moins correctement leur travail et dans une réelle déontologie. Et qu’ils arrêtent se prendre pour les grands mandarins, distillant au gré de leur bon vouloir les informations que tout patient est en droit de savoir, sous le prétexte trop souvent que « nous ne sommes pas à même de comprendre » !!!

Deuxième volet que je voudrais aborder, dans la même veine, mais qui révèle à quel point nous sommes dépassés par ce qui se passe dans le monde de la santé : l’aspect politique et économique.

Je ne citerai que deux faits que je tiens de source sure.

Pendant l’histoire du sang contaminé, une note ministérielle a circulé dans les hautes sphères des hôpitaux, informant que cette erreur avait eu un effet positif, diminuer la population d’hémophiles qui coûtaient très cher à la sécurité sociale. De là à penser qu’il y a eu prise de conscience plus rapide qu’annoncée du problème et qu’on a laissé courir, il y a un pas que je franchirais bien volontiers, mais ça n’est que ma conviction.

Enfin je rapporterais le mal-être du père pneumologue d’un de mes amis à qui on a demandé de sélectionner lui-même sur des critères sociologiques et économiques des patients pour un traitement dont tout le monde ne pouvait bénéficier en raison de son coût …

En résumé : qu’apportez-vous à la France, combien nous coûtez-vous ? En fonction de cela la France verra ce qu’elle misera sur vous …

_______________________________________
La vie n'est qu'une cage dont on monte et scelle un à un les barreaux pour y crever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unkichikun
Halfeling débridé
Halfeling débridé
avatar
Sexe : Masculin
Nombre de messages : 2410
Age : 33
Localisation : Terra Mater
Loisirs : demandez le pour le savoir
Réputation : 44
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas   Ven 27 Mai 2011, 21:41

Un sujet vraiment intéressant, et difficile à traiter.
Pour commencer je dirais que j'ai baigné dans le "corps médical" toute ma vie (ma mère est infirmière et me raconte tout même si elle n'en a pas le droit^^, et j'ai fait une formation médicale avec de nombreux stage -que ce soit directement en hôpitaux ou bien auprès de praticiens indépendant qui intervenaient en hôpitaux-),
et de ce fait je pense en avoir vu le "pire" comme le "meilleur".

Premièrement je tiens à nuancer le terme "corps médical" employé par clymox. Le corps médical comprend toutes les personnes travaillant de le secteur sanitaire (-social aussi peut être?) et il ne me semble pas adapté ici. Je remarque en effet que vous vous en prenez principalement aux médecins (voire même aux chirurgiens) or les infirmières et aide-soignantes sont hors de cause a priori.

Vous pointez du doigt le manque de vigilance, de compétence, des chirurgiens/médecins qui commettent des erreurs. Je comprends que vous soyez personnellement touchés par cela mais je vais me faire l'avocat du diable sans aucune méchanceté. Une carrière de médecin c'est 30 ans de pratique environ avec toutes les interventions, la pression que cela comporte...et un médecin, aussi bon soit-il, ne peut pas faire 30 ans de pratique sans faire d'erreurs. C'est impossible.
J'ai fait un stage aux urgences d'un hôpital d'une petite ville et j'ai vu le rythme infernal auquel sont soumis les médecins, des gardes de 48h avec très très peu de sommeil...il en ressort qu'à la fin de leur garde ils sont irritables et sont à 2 doigts de se battre avec certains patients. Ils sont moins vigilants et sont plus soumis à l'erreur. Le 2nd effet pervers c'est que, pour soulager leur charge de travail, les infirmières en viennent à pratiquer des actes médicaux (mineurs certes) qu'elles n'ont pas le droit de faire....et donc encore plus d'erreurs.

Alors tout ça ce n'est pas la faute des médecins (pour la plupart, je ne vais pas tous les blanchir non plus) mais plutôt de la direction de l'hôpital qui impose toujours plus de rendement et de réussite , de contrôles, mais sans augmenter les effectifs. Mais ils ne peuvent augmenter les effectifs que si l'Etat leur donne l'argent pour le faire. Or une élection ne s'est jamais gagné sur le thème de la santé...ce qui importe c'est la sécurité, la délinquance.

L'Etat demande plus de résultats tout en donnant moins d'argents.
L'hôpital répartit un budget moindre dans les services "importants" (chirurgie, urgence...) et laisse de côté les services "négligeables" (pédiatrie, psychiatrie...). Mais les résultats doivent rester les mêmes voire s'améliorer.
Les médecins et les infirmières sont obligés de faire plus d'heures (qui ne leur seront pas payer pour la majeure partie) et font donc plus d'erreurs (mais comme ils traitent plus de patients ça ne se voit pas au niveau statistique).

Alors je comprend et conçois parfaitement que certains médecins soient laxistes, incompétents, et pitoyables, mais accuser le corps médical dans son ensemble relève de la betise pure et simple.
Le coprs médical fait des miracles au quotidien. Il ne peut pas sauver tout le monde, c'est un état de fait indéniable et il serait utopiste de l'envisager, mais il essaye, il se bat contre la mort en sachant pertinemment qu'il ne gagnera pas à la fin. Mais il se bat quand même.
Alors plutôt que de vouloir vous battre contre les médecins, aidez les. Soutenez les, faites évoluer les choses positivement et de la bonne manière, c'est à dire en votant intelligemment.


Merci d'avoir lu!^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clymox
Modérateur
Modérateur
avatar
Sexe : Masculin
Nombre de messages : 1957
Age : 50
Localisation : Golfe du Morbihan
Loisirs : Musique, cinéma, SF
Réputation : 12
Date d'inscription : 17/06/2010

MessageSujet: Re: Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas   Ven 27 Mai 2011, 21:54

Heureux déjà Unki que tu aies lu ce pavé et je dois reconnaître bien volontiers que "corps médical" est une expression un peu trop large, les incompétents que j'ai côtoyés étant pour la plupart des médecins.

Le "personnel soignant" fait preuve dans sa grande majorité d'une réelle implication et je ne veux pas le dénigrer. Mais il existe aussi des dérapages comme partout : nous en avons dû en faire le constat comme partout dans ma famille encore il y a très peu de temps.

Pour te dire cela à demi-mots, quand une ex haute responsable du service infirmer de Caen (je pense que nous parlons de la même ville Wink) débarque dans la chambre d'une des ses proches, les attitudes changent du tout au tout : l'indifférence à la limite du respect humain laisse place tout à coup à une attention comme elle devrait être à chaque instant ...

Et j'ajouterai qu'elle a dû rappeler à des infirmières les règles élémentaires d'hygiène ...

_______________________________________
La vie n'est qu'une cage dont on monte et scelle un à un les barreaux pour y crever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the_thought
Modérateur et bourreau professionnel
Modérateur et bourreau professionnel
avatar
Sexe : Masculin
Nombre de messages : 1974
Age : 30
Réputation : 41
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas   Ven 27 Mai 2011, 22:26

arf un sujet difficile à traiter, bon en ce qui concerne dieudonné, je ne l'aime pas du tout, mais n'ayant pas vu ce sketch je ne dirai rien justement faisons du politiquement correct.

Quant aux frasques des services médicaux, et bien je peux vous raconter ma mésaventure à évreux ce 29janvier.

Je me suis fracturé le plateau tibial lors d'un combat, ma copine suit les pompiers qui m'amène aux urgences, on attends 4h au moins si ce n'est plus où les infirmière n'en avaient strictement rien à foutre!!! à coté de moi une dame faisait un AVC heureusement que ma copine(enfin ex copine mais ca fait mal pour moi de dire ex...) à travaillé pour la croix rouge et à pu d'occuper de tout le monde dans la salle d'une certaine manière...
Bref après on me fait des radios et on veut m'opérer...je dis que je préfère aller me faire opérer à paris, et en repartant une infirmière me glisse, "oui vous avez raison paris vaut largement mieux qu'ici" ca veut tout dire...bref mes amis catcheurs, m'avaient aussi ramené mes affaires, déja je suis en tenue de catch dans un hopital c'est pas la honte Razz, mais bref, comme mes amis me connaissent uniquement sous mon pseudo, à l'entrée ils ont donné que mon nom de catcheur, et l'infirmière va chercher dans tout l'hopital pour finir par me demander, "mais vous vous appelez comment? parce qu'on cherche un catcheur, ses collègues lui ont ramené ses affaires" en effet il doit y avoir des catcheurs à tous les coins de rues qui se blessent j'imagine!!!
Bref après on me dit que je dois sortir de l'hopital si je ne me fais pas opérer ici, et limite on me jette dehors je dois me débrouiller pour rejoindre la voiture que ma copine à du conduire jusqu'à paris pour que je me retrouve à l'hopital au CHU du kremlin et après encore au moins 1h30 de patience, on me pose un questionnaire pour faire l'enregistrement...et la première question c'est : "allez vous tenter de fuir?" oui c'est sur qu'avec une jambe pétée je vais me barrer en courant!!!!

Et on m'a opéré que le lendemain!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unkichikun
Halfeling débridé
Halfeling débridé
avatar
Sexe : Masculin
Nombre de messages : 2410
Age : 33
Localisation : Terra Mater
Loisirs : demandez le pour le savoir
Réputation : 44
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas   Ven 27 Mai 2011, 23:13

Je parlais de l'hôpital de Flers en fait clymox^^ (encore plus petit).

The_thougth ton cas n'est malheureusement pas exceptionnel. Les temps d'attente dans les services d'urgence sont extrêmement longs du fait du nombre important de patient qui viennent pour tout et n'importe quoi (plutôt que d'aller consulter leurs médecin traitant) et qui prennent la place des vrais urgences, et du fait aussi du manque de personnel. Le manque de moyen, de chambre, explique aussi que bcp de patient attendent dans les couloirs même s'ils sont brancardés.

Par contre pour ce qui est de ton refus de te faire opérer sur place il est tout à fait normal qu'ils te fassent sortir de l'hôpital. Cela relève de ta responsabilité propre. Eux t'ont proposé les soins, si tu les refuses ce n'est pas de leur faute. Et ce n'est bien sûr pas à eux de te fournir un moyen d'aller jusqu'à Paris...ce n'est pas une agence de taxis. Ils peuvent, je suppose appeler une ambulance pour toi mais là encore les frais seront à ta charge (et ça coûte chers).

De toute façon, globalement les cliniques privés sont à préférer aux hôpitaux je pense. Ils ne prennent pas plus de patient qu'ils ne peuvent en prendre (le surplus est réorienté vers l'hôpital le plus proche qui, lui, ne peut pas refuser de patients), et travaillent donc plus sereinement. Mais la clinique est bien plus chère que l'hosto.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clymox
Modérateur
Modérateur
avatar
Sexe : Masculin
Nombre de messages : 1957
Age : 50
Localisation : Golfe du Morbihan
Loisirs : Musique, cinéma, SF
Réputation : 12
Date d'inscription : 17/06/2010

MessageSujet: Re: Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas   Sam 28 Mai 2011, 00:22

@unkichikun a écrit:

De toute façon, globalement les cliniques privés sont à préférer aux hôpitaux je pense. Ils ne prennent pas plus de patient qu'ils ne peuvent en prendre (le surplus est réorienté vers l'hôpital le plus proche qui, lui, ne peut pas refuser de patients), et travaillent donc plus sereinement. Mais la clinique est bien plus chère que l'hosto.

Si tu pouvais dire vrai ...

Il y a quelques très bonnes cliniques privées, mais il y en a je crains encore plus de désastreuses.

Là-bas le fric compte plus que tout pour beaucoup : tant que ton hospitalisation est rentable ça va, mais dès que ce n'est plus le cas direction l'hôpital public si ça tourne mal que que ça ne rapporte plus assez.

_______________________________________
La vie n'est qu'une cage dont on monte et scelle un à un les barreaux pour y crever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unkichikun
Halfeling débridé
Halfeling débridé
avatar
Sexe : Masculin
Nombre de messages : 2410
Age : 33
Localisation : Terra Mater
Loisirs : demandez le pour le savoir
Réputation : 44
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas   Sam 28 Mai 2011, 08:53

Je comprend clymox....après je trouve ça dure de taper sur le système de soin français qui doit quand même être l'un des meilleurs et des plus juste au monde.

Va te faire soigner en angleterre et on en reparle^^.
Je pourrais vous parler des Etats-unis ou même du japon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugin
Seigneur sanguinaire
Seigneur sanguinaire
avatar
Sexe : Masculin
Nombre de messages : 346
Age : 41
Localisation : cité du dieu lug
Loisirs : musique, litterature sombre et romantique, art martiaux, fps, rpg, mythologie
Réputation : 2
Date d'inscription : 19/04/2011

MessageSujet: Re: Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas   Sam 28 Mai 2011, 18:02

ce qui me dérange le plus dans le système médical actuelle c'est son manque d'humanité. Lorsque l'on est malade nous ne somme plus considéré comme un être humain apparentière mais comme un patient, qui n'a plus droit à la parole, malléable que l'on bourre de médicament pour la plus grande joie de l'industrie pharmaceutique.
Il est vrais que dans cette profession, qui devrait être sacerdotale, le but premier tend à devenir l'argent plutôt que la santé de nos congénères. Pour exemple la fermeture de petit hôpitaux de campagne pour manque de résultat financier.


@unkichikun a écrit:
Je comprend clymox....après je trouve ça dure de taper sur le système de soin français qui doit quand même être l'un des meilleurs et des plus juste au monde.

Va te faire soigner en angleterre et on en reparle^^.
Je pourrais vous parler des Etats-unis ou même du japon

depuis un dizaine d'années j'ai vu certaine choses qui me font de plus en plus douter de ça (De par mes activités je suis régulièrement en contact avec la médecine urgentiste).

Pour finir un fait divers du 12 mai qui ma laissé sur le cul mais qui ne m'etonne pas :
Une femme accouche seule à l'hôpital et perd son bébé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lull Angel
Héros légendaire
Héros légendaire
avatar
Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1219
Age : 40
Localisation : Proche Paris
Loisirs : Musique, chant, peinture, scupture.. art en général
Réputation : 23
Date d'inscription : 29/03/2011

MessageSujet: Re: Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas   Lun 30 Mai 2011, 20:30

Je suis débordée ces temps ci donc je passe vous lire, mais je viendrais discuter avec vous du sujet dès que j'aurai un peu plus de temps.

Un grand courage à ceux qui sont confronté à tous ça, et tournez vous vers certaines infirmières (que j'admire) qui sont la discrète et qui savent parfois vous tendre la main où qui essai de vous apportez le regard réconfortant dont vous avez besoin... il y en a toujours une dans un coin qui garde son humanité (enfin du point de vu de mon expérience et de celle de ma mère)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lonaquendelen
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas   

Revenir en haut Aller en bas
 

Corps médical, politique et santé : ce qu'on ne sait pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Sujets similaires

+
Derniers sujets non lus    Sujets actifs du jour
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum gothique: Le Temple de Zeta :: LES LIMBES DE ZETA                       :: ~La salle de torture des âmes~-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit